VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 3.5/5 (4 votes cast)

Quiz diffusé dans le cadre de notre live public à l’ESPGG “les sciences de l’apéro

“Une étude scientifique a prouvé que les cacahuètes de bar contiennent jusqu’à 100 sortes d’urine différentes!”

Info ou intox?

Vous ne l’avez jamais entendue, celle-là? Pour ma part, j’en connaissais la version suisse, plus modeste, contenant seulement 14 sortes d’urine. Les Américains, forcément, parlent de 100.

Cacahuètes (Wikipédia)Ça semble logique après tout, quand on sait que les gens ne se lavent pas les mains (l’AFP a publié il y a quelques jours une étude BVA, reprise par tous les journaux français, indiquant que 55% des 1000 Français interrogés reconnaissent ne pas se laver les mains après avoir touché les barres et poignées du métro, pourtant reconnus comme un nid à germes par 54% d’entre eux!)

PQ (Wikipédia)Et 12.5% des sondés (soit une personne sur 8) avouaient ne pas se laver les mains systématiquement en sortant des toilettes.

Ce sondage-là était français. Il aurait pu être suédois ou sicilien, j’imagine volontiers que l’hygiène est plus une affaire d’éducation que de nationalité.

Bref, dans tous les cas, si tout le monde met ses mains répugnantes dans les cacahuètes, évidemment, on doit y trouver de tout. Pas étonnant qu’on gobe volontiers le mythe de l’urine dans les cacahuètes de bar. Mythe? Ben oui… Vous pouvez éplucher Google Scholar  jusqu’à la moelle, vous ne trouverez aucune trace d’urine sur les cacahuètes dans la littérature scientifique!

En revanche, à en croire un délicieux petit bouquin intitulé “I Call Bullshit”, qui casse plein d’idées reçues, une étude sur les glaçons dans les bars britanniques en 2003 a mis au jour la présence de bactéries coliformes dans 44% des échantillons prélevés! L’auteur ne cite pas ses sources et je n’ai trouvé aucune étude. En revanche, j’ai trouvé quelque chose de similaire (pdf) – sur des glaçons toujours – à Sydney, en Australie, toujours en 2003. Un quart de 12 pubs testés (donc 3 pubs) servaient des glaçons contenant des germes… Moralité, les glaçons, c’est parfois dégueulasse. Et les cacahuètes… On ne sait pas!

Sources:
I Call Bullshit (Jamie Frater) http://amzn.com/1569759855
https://nursing.sesiahs.health.nsw.gov.au/albionstcentre/documents/newsletters/December%202003.pdf

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 3.5/5 (4 votes cast)
Les cacahuètes de bars contiennent de l'urine, info ou intox?, 3.5 out of 5 based on 4 ratings
Tagged with:  
  • Pingback: Podcast science 106 – Tu t’es vu quand tu fais de la science?()

  • dhallepee

    14 traces d’urine dans les cacahuètes

    Souvent, pour souligner le manque d’hygiène de nos contemporains, on cite une étude au cours de laquelle fut analysée une assiette de cacahouètes prélevée sur le comptoir d’un bar. On y trouva 14 traces d’urines différentes. Les consommateurs ne se nettoyaient pas les mains après avoir été aux toilettes mais cela ne les empêchait pas de plonger les doigts dans les cacahuètes pour se servir.

    Si l’on recherche un peu sur internet, on trouve des mentions de cette étude qui est désormais une légende urbaine : tout le monde la connait, mais plus personne n’en connait l’origine.

    Les journalistes et les sites qui en parlent citent généralement comme source un livre du professeur Saldmann (de l’hôpital Georges Pompidou) paru en 1997.

    Pourtant, j’avais déjà entendu parler de cette étude à la fin des années 60. ’étude originelle a été menée par un laboratoire londonien. A cette époque, il était d’usage dans les pubs londoniens de mettre sur le comptoir une ou plusieurs assiettes de cacahuètes salées à disposition des consommateurs. Ces assiettes étaient régulièrement recomplétées. Il était donc normal que de nombreux doigts s’y succédassent.

    Cette étude ne fut pas ignorée par les autorités. Par exemple en France il est désormais interdit de mettre des amuse-gueule en libre service sur le comptoir d’un bar. Les assiettes de cacahuètes apportées à la table d’un client et non consommées doivent être jetées. Refaire cette étude ne serait plus possible en France.

    Depuis, j’ai entendu citer de nombreuses fois cette étude. Les conditions de l’étude étaient bien entendu adaptées par l’interlocuteur (souvent une interlocutrice) et permettait d’affirmer que les français (mâles bien sûr) sont des porcs.

    Les français peuvent perfectionner leur sens de l’hygiène, certes. Mais ce n’est pas cette étude qui le prouve.

    extrait de “Nombres en folie” de Didier Hallépée

  • Pingback: 14 choses que vous ne saviez peut-être pas sur le pipi - Go SocialGo Social()