VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 4.3/5 (9 votes cast)

Salut tout le monde!

Point d’orgue cette semaine à la saga de Pierre Kerner sur l’arbre du vivant et fin par la même occasion de la saison 1 de Podcast Science 🙂

Le dossier de la semaine

La quote de Mathieu et de Pierre de la semaine

(eh oui, la quote  figure également dans la thèse de Pierre)
Backward chronology in search of ancestors really can sensibly aim
towards a single distant target. […] Go backwards and, no matter where
you start, you end up celebrating the unity of life. – Richard Dawkins, The Ancestor’s Tale
Traduction by Pierre himself:

Et cela donne en Français:

Parcourir notre chronologie à l’envers à la recherche d’ancêtres n’est voué qu’à trouver une très lointaine cible […] En remontant le temps, quel que soit le point dont on part, on finit toujours par célébrer l’unité du vivant
Richard Dawkins, Il était une fois nos ancêtres

Prochain enregisrement le mercredi 14 septembre prochain. Rendez-vous pour la saison 2, à bientôt!


VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 4.3/5 (9 votes cast)
Podcast science 51 – Pierre Kerner: l’arbre du vivant (3/3), 4.3 out of 5 based on 9 ratings
  • Et bien voilà un dossier bien terminé, encore merci !

  • Pingback: Episode #1 – Definir le vivant « Vie artificielle()

  • Pingback: Définir le vivant | Vie Artificielle()

  • Kevin Sartori

    Salut, excellent cette serie “arbre du vivant”! Elle devrait être diffusée à l’école. L’utilisation de sons pour imaginer l’évolution des êtres vivant est vraiment géniale et poétique, j’adore!
    C’est pas évident comme ça, mais l’oursin a un squelette interne comme l’homme! Regardez l’oursin qu’on mange, il est noir en apparence mais lorsque vous trouvez un squelette d’oursin c’est une structure minérale blanche. Il y a une fine couche de “peau” à la surface des oursins. D’ailleurs si vous avez l’occasion d’observer la surface d’un oursin à la loupe, c’est fascinant. Ce n’est pas seulement des épines mais une multitude de “bras” munis de pinces et de ventouses.
    ++

  • Taupo

    Merci pour ce commentaire qui fait bien plaisir!
    C’est clair que survoler l’incroyable strangitude des échinodermes peut être frustrant. Faudra en reparler à l’occasion. En attendant, je conseille vivement le parfait echinoblog: http://echinoblog.blogspot.fr/