Sectes et apocalypse

On 14.12.2012, in Dossiers, by Xilrian
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 4.6/5 (5 votes cast)

Aller au travail en pyjama, avoir un statut social très élevé au sein de son environnement professionnel, souvent cumuler un certain nombre d’avantages en nature, pouvoir voyager, avoir des subordonnés dévoués… Qui n’a pas un jour rêvé d’être gourou…

Or, lors de la création d’une secte, vient souvent, outre le titre pompeux et la classique communication exclusive avec une entité supérieure malheureusement totalement inaccessible aux fidèles (que celle-ci soit appelée Dieu, ange, élohim, Allah ou flying spaghetti monster ). Entité extérieure qui, si elle ne communique pas directement avec les fidèles, prend bien soin d’indiquer au gourou sa volonté que ces derniers se détournent de la tentation en confiant aux gourous un maximum de possessions bassement matérielles… En plus de tout ça donc, vient souvent une apocalypse imminente. Que ce soient les raëliens, les témoins de jéhovah, les chrétiens, personne n’y échappe… Une apocalypse proche, c’est l’assurance pour vos fidèles qu’ils vont pouvoir expérimenter le ravissement suprême et imminent que vous leur avez promis et que c’est le moment ou jamais de se préparer au jugement final en se conformant au dogme et en vous cédant toutes ces possessions matérielles dont la possession pourrait les empêcher d’accéder à la félicité dans l’autre monde.

Voyons donc comment bien choisir son apocalypse. Il faut sans doute en distinguer deux grandes catégories assez évidentes :

  • celles qui se produisent, qui débouchent sur une réalisation concrète
  • et celles, plus nombreuses, qui finalement n’ont pas lieu

 

Les apocalypses qui se produisent


Commençons par la première catégorie (qu’il est assez déconseillé de pratiquer puisqu’en tant que gourou on termine généralement mort ou emprisonné):

Bien sûr souvent, l’apocalypse ou l’illumination finale ne se produit pas naturellement; il faut donc la déclencher. Mais là encore, il existe plusieurs variantes; commençons par celles qu’on garde pour soi, que l’on se limite à partager avec nos fidèles, c’est la méthode dite du suicide collectif:

Elle a été adoptée, par exemple, par l’ordre du temple solaire, une secte ésotérique inspirée par la mystique autour de la mythologie des roses croix et d’autres sociétés secrètes.. Même si le doute subsiste sur l’acceptation du suicide par nombre de suicidés dont la mort fut quelque peu assistée… Je ne prétends pas être un expert de l’affaire, mais au vu de ce que j’ai lu, la thèse conspirationo-mafieuse ne semble pas pour une fois forcément à écarter d’office. Mais il est vrai que citer Charles Pasqua donne à tout événement un côté politico-mafieux. Dans tous les cas, suite à des disputes au sein de la secte, deux enfants furent déclarés respectivement Christ et Antéchrist, et bon nombre d’adeptes dont deux des trois dirigeants de la secte périrent par le feu au cours de trois suicides collectifs successifs. On retrouve un schéma très similaire avec le massacre de la secte Heaven’s Gate que je ne détaillerai pas ici.

- Toujours dans la même catégorie, il y a le cas de Jim Jones et du Temple du Peuple: on est là dans quelque chose de beaucoup moins subtil, pas vraiment d’ésotérisme ici, juste une secte américaine dans la mouvance du protestantisme évangéliste: un gourou paranoïaque, un prosélytisme visant les riches et les laissés pour comptes, des adeptes persécutés quand ils essaient de quitter la secte, une colonie isolée improvisée au Guyana, de faux paralysés qui remarchent et des tumeurs cancéreuses qu’on arrache à mains nues, enfin, une discipline interne pouvant faire regretter le sens du consensus et de la démocratie du gentil Koba quelques années plus tôt de l’autre côté du mur… Il semblait d’ailleurs que Jim Jones avait l’intention de passer à l’est. Mais suite au meurtre d’un député US venu vérifier que tout se passait bien dans la colonie et la tentative de fuite puis le massacre de certains fidèles de la secte, Jim Jones organisa un suicide collectif en signe de “protestation contre les conditions de ce monde inhumain”. Près de 1000 personnes mourront en novembre 1978.
Si Jim Jones croyait semble-t-il en l’imminence d’une apocalypse nucléaire, ici non plus, pas vraiment d’annonce de l’apocalypse dans la doctrine de la secte mais une préparation minutieuse du suicide collectif avec un certain nombre de répétitions où il était demandé aux adeptes de boire un poison qui, surprise, se révélait au final être inoffensif.

Il y a encore quelques autres massacres du même genre (comme le massacre des Davidiens) mais ils sont finalement assez rares. Si l’on peut tirer quelque chose de ces quelques exemples, c’est que l’isolement et le fanatisme de ces groupes semble favoriser des réactions extrêmes en cas de déstabilisation et que, plus qu’une doctrine annonçant une apocalypse imminente, c’est bien le niveau de dogmatisme/fanatisme des fidèles qui semble nécessaire à l’organisation d’un suicide de masse).

La seconde catégorie d’apocalypse qui se réalisent, c’est celles que l’on a envie de faire partager :

La plus connue, c’est sûrement celle de la secte Aum et de l’attaque au gaz sarin dans le métro de Tokyo en mars 95 qui fit 12 morts, ce qui est finalement peu par rapport aux deux événements mentionnés préalablement, mais surtout plus de 5 000 blessés… Cette fois-ci, la doctrine du groupe prédit bien une apocalypse imminente venant clôturer le 20e siècle.  Asahara, le gourou une fois encore paranoïaque, se présente comme le Christ et explique que sa mission consiste à déclencher cet  armageddon qui se soldera par une apocalypse nucléaire à laquelle seuls ses disciples survivront. L’homme est à la hauteur de la mégalomanie de Jim Jones. Il décidera assez logiquement de déclencher cette apocalypse lui-même, remplissant la mission qu’il s’était fixée.

Mais les cas de groupement religieux cherchant à prendre part à des actions géopolitiques dans le but d’accélérer un jugement dernier imminent sont finalement assez classiques. On peut citer les fondamentalistes chrétiens évangéliques qui forment un lobby puissant aux USA et jettent fréquemment de l’huile sur le conflit israélo-palestinien, voyant dans le retour des juifs en terre sacrée des signes mentionnés dans la bible.

Il ne sont néanmoins pas les seuls chrétiens à procéder ainsi. Bien plus tôt, des anabaptistes prirent en 1534 le contrôle de la ville de Münster en Allemagne, la déclarèrent “Jérusalem céleste” et lancèrent leur programme apocalyptique :

  1. Il faut anéantir les incroyants en vue de la parousie,
  2. Le Christ instituera une théocratie terrestre,
  3. Les « émissaires apostoliques » sont invincibles et doivent annoncer l’imminence du Royaume.

Le programme contient d’autres éléments fort sympathiques comme l’institution de la polygamie.

 

Les apocalypses qui n’ont pas lieu


Pour un dirigeant de secte, la meilleure technique consiste sûrement à annoncer une apocalypse imminente sans donner de date, comme les premiers chrétiens. Si vous avez peur de manquer de crédibilité en étant trop vague il est aussi possible d’opter pour la méthode qu’utilisent des arnaqueurs presque sympathiques tels que Raël ou Aleister Crowley : la choisir juste suffisamment lointaine pour avoir toutes les chances de ne plus être de ce monde quand la date arrivera… Néanmoins voyons ce qui se passe quand on ne respecte pas ces règles ou que l’on vie plus longtemps que prévu et que la date arrive :

L’une des histoires les plus connues est celle William Miller et des adventistes : Miller prédisait une apocalypse au cours de l’année 1843, qu’il décala ensuite à l’année 1844 prétextant avoir oublié l’an 0. Bien sûr, rien ne se produisit, et il fallut expliquer pourquoi l’apocalypse ne s’était pas produite. Miller choisit de reconnaître son erreur.

- À l’inverse, il y a le cas de Dorothy Martin (plus connue sous le nom de Marian Keech) qui prédisait une apocalypse (un déluge et l’arrivée de soucoupe volante pour sauver les justes) en 1954. Lorsque finalement la date arriva, Dorothy  expliqua à ses fidèles que, par leurs prières, ils venaient d’empêcher le déclenchement de l’apocalypse. C’est aussi plus ou moins l’histoire de l’Église Chrétienne Universelle de Georges Roux.

Dans ces deux cas, les croyances survécurent à ces apocalypses manquées. Mais le petit groupe de Dorothy Martin resta soudé tandis que les adventistes se scindèrent en une multitude de groupes distincts (les témoins de Jéhova faisant partie des descendants des adventistes). On peut penser que le petit groupe de Dorothy (une dizaine de personnes) n’aurait sans doute pas survécu si elle avait reconnu une erreur dans ses prédictions (il est aussi à noter que les prédictions de Dorothy étaient supposées provenir d’une communication directe avec des entités extraterrestres, difficile donc de remettre en cause sa prédiction sans remettre en cause lesdites communications). Bilan, gourous, confrontés à vos propres mensonges, comme l’aurait dit François Miterrand, n’avouez jamais.

Néanmoins, comment expliquer que, dans ces deux cas, la plupart des fidèles n’ont pas remis en cause leur croyance au dogme malgré l’évidence ? Pour étudier ce phénomène, je vous invite à vous renseigner sur les dissonances cognitives (l’étude des réactions humaines lorsque l’on est confronté à deux croyances contradictoires) et à écouter les épisodes du podcast scepticisme scientifique sur le sujet. Néanmoins pour ne pas trop vous frustrer une petite explication. Si pour nous le choix semble évident, le fidèle confronté à deux croyances incompatibles ne va pas forcément opter pour le choix qui nous semble rationnel tout simplement, car pour lui, ces deux croyances ont la même réalité. Il va donc souvent opter pour l’explication qui lui permettra de remettre le moins possible son système de pensée. Or rejoindre une secte est un choix très engageant qui a toutes les chances d’avoir déjà produit des dissonances cognitives avec les croyances précédentes du fidèle. Dissonances qui ont elles-mêmes été résolues en créant un système explicatif où la croyance au dogme est centrale. (dit autrement, les contradictions à la croyance irrationnelle, si elles arrivent progressivement et sont résolues l’une après l’autre de manière “satisfaisante”, ont toutes les chances, au lieu de remettre en cause cette croyance irrationnelle, de la renforcer en construisant tout un système de croyances autour d’elle et en l’ancrant profondément dans le système de croyances de l’individu considéré)

Il est à noter que de tels problèmes ne se limitent aux groupes religieux, pour l’illustrer un exemple issu du dictionnaire sceptique (réaction d’un “chiropraticien” lorsqu’on lui annonce que le test auquel il s’est soumis montre que sa technique ne fonctionne pas):

Lorsqu’on a annoncé les résultats, le chef de la délégation des chiropraticiens s’est tourné vers moi et a dit: «Vous voyez, c’est pour ça qu’on ne mène plus de tests à double insu. Ça ne marche jamais!» Au début, j’ai pensé qu’il plaisantait, mais en fait, il était très sérieux. Puisqu’il «savait» que la kinésiologie appliquée marchait, et que les meilleures méthodes scientifiques montraient le contraire, il était clair, dans son esprit, que la méthode scientifique clochait.

Bon la prochaine fois, je vous explique comment créer une nouvelle médecine alternative ^_-

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 4.6/5 (5 votes cast)
Sectes et apocalypse, 4.6 out of 5 based on 5 ratings
Tagged with:  
  • Pingback: Podcast science 113 – Don’t panic!

  • http://www.facebook.com/emilie.andreoulis1 Emilie Andreoulis

    Je relève juste une erreur de taille : les raëliens ne sont pas concernés par une quelconque fin du monde, bien que leur guide spirituel soit le “prophète de l’Apocalypse” ! Et ce pour la seule et bonne raison que le terme apocalypse signifie tout simplement REVELATION ( ceux qui ont fait du grec le savent!).

  • Yaelle Ferlicchi (Raelienne)

    Juste pour éclaircir un point,le mouvement Raelien dont je fais partie, ne fait pas l’apologie d’une fin du monde…pas plus qu’une hypothétique apocalypse qui ne signifie rien d’autre qu’à effrayer les personnes qui ne prennent pas suffisamment de recul et comprendre que la signification du mot grecque apocalypse traduite en français devient révélation….décevant non? Donc tout va bien..si les médias et les gouvernements faisaient le maximum pour faire passer cette info au public, peut-être que des millions de personnes seraient libérées de ce genre de rumeur qui n’est en fait qu’un poison pour le cerveau…c’est intéressant de voir comment les gens prennent pour monnaie contente ce genre d’ineptie qui ne sert à rien d’autre qu’à entretenir l’obscurantisme et la peur…chez les personnes pas informées.

  • Guest

    @facebook-1166761487:disqus je n’ai pas fait de grec et je suis ravie d’en apprendre plus sur l’étymologie du terme apocalypse néanmoins vous remarquerez à l’écoute ou à la lecture de cet article que le terme apocalypse était pris ici dans son sens courant et ce avec une acceptation très large et que votre remarque s’applique à a peu près toutes les apocalypses mentionnées ici (l’arrivée des élohim pouvant, il me semble, difficilement être considérée comme de nature fondamentalement différente des extraterrestres de Marian Keech) …

    Xilrian

  • David Medernach

    je n’ai pas fait de grec et je suis ravie d’en apprendre plus sur
    l’étymologie du terme apocalypse néanmoins vous remarquerez à l’écoute
    ou à la lecture de cet article que le terme apocalypse était pris ici
    dans son sens courant et ce avec une acceptation très large et que votre
    remarque s’applique à a peu près toutes les apocalypses mentionnées ici
    (l’arrivée des élohim pouvant, il me semble, difficilement être
    considérée comme de nature fondamentalement différente des
    extraterrestres de Marian Keech) …

  • David Medernach

    Commentaire inattendu mais essayons de poursuivre le dialogue.

    Je répond en étant diminué vu que la connexion que j’utilise et le temps que j’ai ne me permettent pas de fact cheker quoi que ce soit ici, je me base donc uniquement sur ma modeste mémoire

    Quelle rumeur mensongère propageons nous donc ici ?

    Je n’ai fait qu’évoquer ici Raël et je doute que les “simples fidéles” du mouvement prétendent avoir le même type de contact avec les élohims que Raél lui même. De même je ne pense pas me tromper en affirmant qu’il date l’arrivée des élohims et que cette arrivée est censée se produire à un moment ou il a de grandes chances, si l’on se réfère à l’espérance de vie moyenne, d’être proche de la mort ou de ne plus être de se monde… Pour le reste sur l’apocalypse je vous invite à lire ma réponse à @facebook-1166761487:disqus

    Mais je vais profiter de la présence d’une (peut être deux) raéellienne(s) ici pour vos poser deux trois questions.
    Avant ca pour resituer le contexte vu que je vous soupçonne de ne pas être des habitués de podcast science mais plutôt de vous être égarées ici après une recherche google, vous êtes ici sur le site d’un podcast qui fait de la médiation/communication scientifique à destination d’un public assez large. Personellement je suis athée et me définis même de temps à autre comme antithéiste ou athée militant. Je vous ranges de même que les petits groupes religieux (sectes) et tout les mouvement basant leur dogme sur une révélétation (“l’enlévement” de rael rentrant pour moi parfaitement dans cette définition) dans exactement la même catégorie que les grandes religions.

    Ceci dit je ne peux m’empécher d’avoir une certaine sympathie pour un mouvement qui se dit lui même athée et qui reprend souvent des valeures venus de la contreculture des années 60, 70 qui me semblent estimables. Enfin dans les interviews que j’ai lu/vu de lui raél m’a semblé plus proche d’un Robert Anthon Wilson se lancant dans une grosse blague que d’un réel gourou (de ma part c’est plutôt un compliment).

    Ceci étant dit je serait du coup vraiment curieux (voici les questions) de savoir ce qui vous a motivé à rejoindre ce mouvement ? dogme, valeures, communauté ? Puis dans un second temps ce que vous retenez actuellement du mouvement : si vous restez critiques sur certain points (les quels) ou au contraire adoptez tout en bloc…

    En attendant vos réponses

  • Jean-Thierry

    Les raëliens sont athées et pro-science, leur philosophie ne laisse aucune place au mysticisme et à l’irrationalité. Ils n’accordent aucun crédit aux croyances diverses et récurrentes sur la fin du monde. Bien au contraire, ils pensent que l’humanité a un bel avenir si elle sait s’organiser sur les plans économique, politique et humain, en supprimant les inégalités, la violence et l’intolérance. Un avenir tout à fait réalisable, que nos enfants connaîtrons un jour !
    Quand on connaît les raëliens, on s’aperçoit qu’ils sont aux antipodes des clichés et étiquettes qu’on leur colle. Alors, prenons du recul et allons les rencontrer, pour mieux les connaître et découvrir qu’ils ne sont pas différents des autres.

  • Kramnik

    Salut l’équipe de Podcast Sciences !

    Sympa comme tout ce petit podcast. De quoi découvrir quelques anecdotes toujours marrantes à placer dans un repas de fêtes :). Bon, on est le 31 décembre 2012, et je suis toujours vivant. Encore une fin du monde qui s’est produite, et on s’en rends même pas compte ! Franchement, même pas capable de se rendre compte de cela ?! ^^

    Plus sérieusement, je souhaiterais revenir sur plusieurs points qui ne font qu’un pour moi.

    Nous sommes sur PS, je vais donc tenter de rester le plus possible sur le chemin lumineux même si le terrain est glissant.

    Effectivement le terme apocalypse, se réfère à une révélation, ou autrement dit en une découverte. Toutes les croyances, massives ou sectaires, ont leur apocalypse.

    Tous scientifiques, se doit de s’interroger sur les causes ou les conséquences d’un fait, pour en comprendre au mieux les tenants et les aboutissants. C’est ainsi que, nombre de théories scientifiques furent mises au point.

    Ainsi, il faut s’interroger pourquoi, tant de croyances existent, pourquoi toutes ou presque adopte des images ou symboles forts, quels sont leur objectifs, la finalité de leurs études.

    Je n’ai pas la prétention de répondre correctement à ces questions, je peux cependant partager avec vous mon point de vue.

    Les grandes croyances d’aujourd’hui connaissent des milliards d’adeptes, alors que la science n’a jamais été aussi présente à l’école, dans la vie quotidienne. Ceci s’explique par le fait que chaque nouveau né, élevé et habitué dans les valeurs d’une croyance a de très forte chances de rester croyant. Ce n’est cependant pas la seule raison à mon avis. En effet, les images puissantes et les symboles marquants restent gravés à jamais dans notre mémoire ou du moins dans notre inconscient. Il est bien établit que, les symboles répétés à intervalles réguliers, constitue de l’auto suggestion, ou autrement dit la mémorisation inconsciente d’une pensée ou d’un acte. On peut citer, par exemple, la tradionnelle messe du dimanche (pour les chrétiens) ou les prières répétées la journée, les fêtes religieuses qui ponctuent l’année…

    Par ailleurs, n’oublions jamais que la plus part des croyances partagées si largement aujourd’hui, étaient les sectes d’il y a plusieurs centaines d’années. Or, à l’époque, les gens ne savaient ni lire ni écrire. Ainsi, la seule façon de faire passer des messages, étaient l’oral et le dessin, les images mentales. Ainsi, les paraboles, les textes poétiques prêt à être lu et entendu (puis écouté), tous marquants, sont tels qu’ils ont étaient retenus.

    Voyez vous, pour prendre le cas des raéliens, la croyance est en rapport avec le siècle. Qui peut dire, ou ne pas dire d’ailleurs, que le Christ si chère aux chrétiens, si la croyance avait démarrée il y a dix ans, ne serait pas revenus en soucoupe volante ? Il monte au ciel, selon la croyance, pas dans engins car pour l’époque c’est impensable. A l’époque, les miracles étaient acceptés, ce qui se trouve au delà du “ciel” méconnu. Aujourd’hui, il plus crédible qu’un vaisseau vienne et reparte, plutôt qu’une montée dans les airs par magie… (tout le monde sait que c’est impossible).

    Ceci concernait la forme de communication des croyances.

    Maintenant, parlons un peu du fond. Toutes les croyances, ne tendent que vers une chose : la découverte, par un guide ou presque, pour attendre un “monde meilleur”. Mais qu’est-ce qu’un monde meilleur ? On parle de paix, d’égalité ect, et n’est-ce pas avant tout la meilleur maitrise de soi ?
    Les chrétiens, disent que le Christ est en parti en eux. Ce genre de phrase ne peut être prise à la légère. Certain, et j’en suis, se sont posé la question un jour de savoir si toutes ces croyances, pour les plus anciennes du moins, n’essayaient pas de faire trouver à chacun son “soi” ? Ne sommes nous pas maitre de nos actes, de notre vie, et si ce que l’on nomme Dieu est nous, alors reconsidérez les choses, et vous verrez que tout prends un sens différent.

    Je tiens à préciser que je suis un croyant, universel, scientificophile. Pourquoi universel ? Car, comme dit précédemment, toutes les croyances peuvent aider selon moi à nous conduire à une meilleure maitrise. Et je crois en moi, donc en Dieu. (Choquant ? Peut être, ou pas si l’on reconsidére les choses).

    N’oubliez pas que : Jésu s’est montré et a rassemblé des disciples, puis pendant un temps 95% du monde connu, après sa mort et avoir été renié; Le profète de l’Islam, a fait de même dans de moindre proportions, après avoir été renié ; Gandi, le Gandi, a rassemblé près de 200 Millions de personnes sous l’influence d’une croyance. Qui peut se venter de réussir à rassembler tant de monde ? Pas grand monde d’autre. Ceci pour dire que, les croyances ont un fort pouvoir sur nous. Et lorsque je parle de croyances, ce n’est pas que religieuses. Croyez vous que beaucoup d’Hommes ont réussi en croyants qu’ils ne le pourraient pas ? Non, certainement aucun sauf peut être les gagnants à une loterie.

    Mon propos rejoint quelque part les théories humanistes, selon lesquelles l’homme est au centre, qu’il est maitre de son destin ou du moins de ses actes. (le destin d’un pouvant être influencé par un autre).

    Je ne veux pas faire de pub, donc je ne donnerais qu’une chose, le tirtre d’un livre qui pourra mieux vous faire comprendre mon propos : L/a P/h/i/l/o/s/o/p/h/i/e/ d/e l/a r/é/u/s/s/i/t/e
    “/” pour pas que google ne référence, preuve que la pub n’est pas l’objet de mon commentaire.

    En définitive, pour moi, la foi étant une des meilleur armes pour l’auto persuasion, les croyances ont pour but primitif de nous faire avancer, et que les apocalypses correspondantes ne sont rien d’autre que la révélation de’ ce que l’on est, de la maitrise harmonieuse de nous.

    Mon commentaire est court, et ne peut exprimer complétement mon propos, cependant vous aurez compris l’idée.

    Sachez que je parle du fait de ma propre expérience, qu’en 6e je devais redoubler, aller en paillé des chèses si les choses continuaient comme elles étaient (8 de moyenne). Mais, par la croyance en soi, je n’ai pas redoublé, ai finis premier en Tle S dans un très bon établissement, ai postulé et étais accepté là où j’aurais voulu.. Voilà, j’ai été maitre de mon destin, une réussite en soi (dans tous les sens du terme).

    Kramnik, le scientificophile (^^) un peu farfelu, pas trop quand même :)

  • Marco3000

    Bonjour Kramnik, merci pour votre message (qui n’est finalement pas si court)
    Je pense pour ma part que fondamentalement, s’il y a autant de croyances, cela tient au fait que l’humain, bien qu’ayant une grande capacité de raisonnement, ne sait pas encore très bien l’utiliser et commet de très nombreux paralogismes dans ses réflexions. Et le pire de tout ça, c’est qu’étant également un animal très orgueilleux, il se rend très rarement compte.
    Raisonner ça s’apprend, et visiblement peu en sont conscients. Les paralogismes “post hoc ergo propter hoc” des tenants de l’homeopathie, ou les raisonnements panglossiens de ceux qui clament que les constantes de l’univers sont pile-poil configurées pour la venue de l’homme, ont encore de beaux jours devant eux!
    Cordialement
    Marco

  • Pingback: Historique des fins du monde